Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 10:22

Difficile de faire entendre sa voix, sa voie, dans le concert de louanges autour d'Europeana. Le plus décalé - compte tenu du fait qu'on ne pouvait voir le site - était la gargarisation autour du nom Europeana, qui aurait été donné par la France en remplacement de TEL The European Library, nom anglo-saxon, horresco referens ! (ce commentaire était d'ailleurs erronné puisque TEL existe toujours, allez comprendre, c'est un site que vous pouvez aller voir, qui lui n'est pas saturé)
Difficile en effet d'écrire quoi que ce soit de sérieux quand on n'a pas pu voir le portail Europeana, ce qui est mon cas ! J'ai retenu toutefois, des commentaires de ceux qui l'ont vu (?), que c'était avant tout une médiathèque, peut-être à thèmes, et sans doute un portail... à confirmer le 15 décembre.
Certaines voix se sont levées (je retrouverai les URLs) pour s'étonner que tout benoîtement, on puisse indiquer sur un site public financé à grands frais "Nous serons de retour le 15 décembre", soit 25 jours plus tard...J'ai lu un commentaire selon lequel, dans un cas pareil, toute l'équipe de développement et les sous-traitants étaient remerciés sur-le-champ. Rendons grâce à l'INA et à l'IGN, lors du lancement respectif de leurs super-sites (Vidéothèque et Géoportail), d'avoir, même s'ils croulaient sous les connexions, tout fait pour rétablir le service 3-4 jours plus tard... Il n'y pas eu cette vélléité semble-til chez Europeana.
François Lambel dans Le Monde Informatique a eu le 27 novembre des mots justes sous le titre "Dissection d'une coquille vide fermée pour travaux" - égratignant au passage Le Monde (mais ces journaux ne sont pas dans le même groupe) qui qualifiait Europeana de "point d'orgue culturel de la présidence française de l'Union européenne" ! Il pose une vraie question : qui fera les comptes pour le contribuable européen ? Dans l'orbite des médias culturels, néanmoins, aucune voix dissonnante, me semble-t-il, sur le sujet d'Europeana.


En attendant d'affiner mon jugement, je réfléchis actuellement sur deux pistes (et vous pouvez le faire aussi si ce sujet vous intéresse) :
1) la première est de cerner la différence entre Michaël et Europeana : lors du colloque PFUE "Numérisation du patrimoine culturel" au musée du quai Branly les 27 & 28 novembre, auquel j'ai participé en partie, j'ai été frappé de la ressemblance entre ces deux projets : européens, tous documents, portails, multilinguisme... la différence étant que Michaël marche, existe depuis plus longtemps, est moins connu (télécharger la présentation de Michaël lors de ce colloque, 20Mo). Lambel n'a pas tort quand il écrit qu'Europeana est une multitude de projets européens imbriqués. A investiguer. Allez voir Michaël et reparlons-en.


2) une deuxième piste est, pour voir comment tous ces projets évoluent, de créer un marqueur, j'en ai trouvé un, sans doute pas le meilleur. Dans Wikipedia, combien de pages réfèrent-elles à Gallica, à Gallica 2, à Europeana, à Google Books. C'est très sîmple :
- Faire une recherche http://books.google dans la boîte de dialogue "Rechercher" de la page d'accueil Wikipedia. Le résultat est : 10774 résultats.
- Même recherche http://gallica.bnf dans la même boîte de dialogue. Le résultat est : 5918 résultats ; et pour Gallica2, il est : 306 résultats.
Il s'agit là d'une démarche expérimentale, en dehors des discours de circonstance : je ne prétends pas à ce que ce soit la meilleure, ou même qu'elle soit valide. Je tâtonne, comme dans toute démarche scientifique. Votre avis sera précieux (NB: la recherche ci-dessus a été faite le mercredi 10 décembre au soir, son résultat semble être très variable, vous pouvez mettre vos résultats avec cette même recherche en commentaires).

Partager cet article

Repost 0
Published by Alexandre Moatti - dans Bibliothèque numérique
commenter cet article

commentaires

luc 14/12/2008 16:20

de cette expérimentation on pourrait tirer des lecons si :on savait si un critère linguistique a été introduit. en effet, s'il y a 5918 et 306 résultats pour gallica, donc en francais et parmi un réservoir de plus de 200 00 documents, et 10774 sur google toutes langues confondues parmi un réservoir de millions d'ouvrage, alors Gallica s'en sort plutot pas mal, relativement à cet indicateur. La valeur absolue des deux chiffres est quant a elle particulierement basse quand on sait la masse documentaire que constitue wikipédia france, on peut s'ettoner qu'il y ait si peu de lien vers des sources potentielles.

Alexandre Moatti 14/12/2008 16:46


Je ne porte pas de jugement concernant cette "expérimentation" : oui Gallica s'en sort plutôt bien avec 6000 mais Google Books est déjà devant avec 10 800, et
trois ans d'existence (contre onze ans pour Gallica). Attention, je ne parle pas de recherche via le moteur Google (avec options linguistiques), mais des références à http://books.google dans
Wikipedia. Il pourrait néanmoins y avoir un biais, mais pas celui que vous dites : 1) que les contributeurs Wikipedia francophone citent couramment en référence des livres Google Books en anglais;
2) que les contributeurs Wikipedia francophone citent couramment en référence des livres Google Books du programme "éditeurs", et non du programme
"bibliothèques". Dans ces deux cas, il y aurait un biais de comparaison avec Gallica. C'est pour cela que je prends soin de préciser que l'indicateur que je propose est empirique. Merci de votre
commentaire. A.M.


Présentation

  • : Humanités numériques, édition scientifique, diffusion numérique de la connaissance, Enseignement supérieur et recherche (auteur Alexandre Moatti) = ISSN 2554-1137
  • Humanités numériques, édition scientifique, diffusion numérique de la connaissance, Enseignement supérieur et recherche (auteur Alexandre Moatti) = ISSN  2554-1137
  • : Discussions sur le projet de Bibliothèque numérique européenne, sur les bibliothèques numériques en général; sur l'édition scientifique papier & en ligne.
  • Contact

Avant-propos

Ce blog est créé à la rentrée scolaire 2006 pour suivre les sujets suivants:
# Bibliothèque numérique européenne (BNUE), et bibliothèques numériques en général.
# Edition et revues scientifiques.
# Culture scientifique.

Alexandre Moatti
 
Secrétaire général du comité de pilotage BNUE août 2005- août 2006
 



Recherche

Livre 'Au Pays de Numérix' (2015)

 

Couverture.jpg